Crash

Publié le par the idiot

Crash
(1973)
J. G. Ballard

JG Ballard


Catherine me voyait déjà sous un autre jour. Eprouvait-elle du respect, peut-être même de la jalousie, à mon égard pour avoir pris, de l'unique manière qui reste encore légale, la vie d'un autre homme ?


             James Ballard, un producteur de spots publicitaires, se sort miraculeusement d'un accident de voiture mais les effets du traumatisme affecteront sa vie bien au-delà du simple niveau physique. Sa femme, Catherine, et lui pimentent leurs vies de jeux érotiques, s'adonnant à l'adultère pour ranimer leurs pulsions sexuelles. L'accident amènera James à rencontrer Vaughan, "ange cauchemardesque de la route", un homme obsédé par les collisions frontales de bolides lancées à pleine vitesse, par les accidentés et les cicatrices qui tapissent leurs corps.
             Vaughan vit pour et par sa voiture, sa vie n'est que conduite le long du circuit routier autour de Londres et sa sexualité ne peut s'émanciper ailleurs que sur la banquette arrière de sa Lincoln. Il traîne dans des hôpitaux à la recherche de nouvelles victimes de carambolages à observer, les photographiant et constituant des albums d'images morbides qui réveillent en lui une frénésie sexuelle. Il entraînera peu à peu James dans son univers, se servant de lui pour préparer sa mort fantasmée ; une collision avec l'actrice Elizabeth Taylor.
             Ecrit comme une longue hallucination, Crash ressemble davantage à un récit de rêve érotique qui aurait mal tourné qu'à autre chose. La prose de Ballard est puissante, évoquant un sentiment de vide alors que les protagonistes se perdent toujours plus profondément, lancés à la recherche du scénario parfait, le crash qui inscrira sur leurs corps les traces d'ébats à venir. Les personnages quant à eux sont tous d'une froideur extrême, incapables d'éprouver une quelconque émotion sans la présence stimulante de la figure oppressante de la technologie moderne.
             La place que prend l'automobile et l'image dans les vies de Ballard et de Vaughan, et la place donnée à l'aviation, grande innovation du XXe siècle, dans la vie de Catherine renvoient à la manière dont la technologie moderne façonne désormais l'homme qui perd le contrôle de ce qu'il a créé. C'est un thème central de l'oeuvre de J.G. Ballard, qu'il explore ici au travers du prisme de la sexualité et de la mort, et un thème souvent repris par David Cronenberg qui a su tirer de ce roman un film admirable.

Publié dans Littérature

Commenter cet article

coltrane 25/03/2010 18:43


Crash est un formidable roman habité d'une tension qui ne se relache pas une seconde. Le film de Cronenberg est à la hauteur. Je le rapprocherais du Substance Mort de K Dick lui aussi tendu comme
un arc et bien adapté au cinéma sous le titre A scanner darkly.


the idiot 26/03/2010 00:37


Substance Morte est mon roman préféré de K. Dick, même s'il est vrai que j'en ai pas beaucoup lu.