Bronson

Publié le par the idiot

Bronson
(2008)
Nicolas Winding Refn
Tom Hardy, Matt King, Amanda Burton

Bronson



             Michael Peterson est un homme sans problèmes, jeune papa à 19 ans, baignant dans un milieu populaire de l'Angleterre des années 1970, il pourrait, comme tant d'autres, laisser s'écouler sa vie. Mais Peterson est un homme ambitieux, et suite au braquage du bureau de poste dont il se tire avec un maigre butin, il se retrouve emprisonné pour 7 années. C'est alors qu'il va devenir l'homme le plus dangereux et le plus craint du milieux carcéral anglais, mais ce qui le rend dangereux n'est pas uniquement son caractère violent qui le pousse à agresser les gardiens et les autres détenus, c'est aussi le fait qu'il aime la prison.
             Au cours d'un égotrip démesuré à l'image du personnage, Nicolas Winding Refn livre avec Bronson un pur exercice de style, mêlant ultraviolence et mise en abyme avec une narration menée habilement entre confessions et flash back. Michael Peterson, alias Charlie Bronson, se fait le bonimenteur de sa propre vie, nous contant les exploits accomplis au cours de trente années d'incarcération. Son humour noir nous fait rire jaune mais nous en apprend aussi sur la folie insaisissable du personnage. Peterson n'a pas d'autre ambition que la gloire, et ce nihiliste mégalomane qui ne veut de rien en devient impossible à satisfaire.
             Après avoir filmé une violence crue dans sa trilogie Pusher, notamment dans le troisième volet qui reste un des films les plus insoutenables que j'ai eu le plaisir de voir, Refn la stylise ici, et en fait des moments de douceur. Le supplice pour Peterson, c'est la vie, l'attente irrespirable du quotidien, la violence est son unique échappatoire et il va chercher à en faire carrière et à l'instrumentaliser pour se tailler un royaume. L'univers carcéral sert ici de miroir à la société et l'histoire de ce Charlie Bronson met en avant les difficultés d'intégration que rencontrent une part de la population qui ne se reconnaît pas dans le modèle de réussite en vigueur.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article

coltrane 25/03/2010 18:33


Je n'ai pas (encore) vu Bronson mais j'ai vu les trois films de la trilogie Pusher. Un sacré choc ! Mais personnellement j'ai préféré le premier où son acteur fétiche avait plutôt un rôle
secondaire. Et le Guerrier Silencieux actuellement à l'écran doit valoir le coup d'oeil et en tout cas proposer une autre vision que l'hollywoodienne...


the idiot 26/03/2010 00:35


Ben après avoir vu le premier, le perso de Mads Mikelsen m'énervait et je me disais que la suite aller être chiante, et là j'ai vraiment été surpris par la manière dont Refn avait poursuivi son
histoire. Le Guerrier silencieux est énorme, un peu dur d'accès mais bon. A voir.


Bruce Kraft 22/03/2010 19:14


J'ai trouvé que Refn n'assumait pas son personnage. Un film drôlement bien scénarisé mais mal calibré je trouve...un manque évident d'énergie!! Dommage pour un film qui aurait mérité d'être plus
explosif tout en restant introspectif!


the idiot 22/03/2010 22:38


Ah je sais pas, je trouve justement qu'il s'approprie bien l'histoire de Peterson pour en faire une oeuvre très personnelle en incluant des éléments autobiographiques comme la scène ou le jeune
Michael lance son bureau sur son prof. La violence était en demi teinte mais pour moi ça reflète bien l'idée que ce n'est pas ce qu'il y a de plus dur dans la vie de cet homme. La scène dans
l'hôpital psychiatrique est assez éprouvante par exemple. Refn détourne son sujet et s'écarte de l'univers carcéral qu'on voulait qu'il décrive pour faire de cette histoire une comédie noire qui
questionne l'absurdité de la condition humaine.


Bruce Kraft 22/03/2010 19:12


J'ai trouvé que Refn n'assumait pas son personnage. Un film drôlement bien scénarisé mais mal calibré je trouve...un manque évident d'énergie!! Dommage pour un film qui aurait mérité d'être plus
explosif tout en restant introspectif!