Abattoir 5 ou la Croisade des enfants

Publié le par the idiot

Slaughterhouse-Five,
or The Children's Crusade: A Duty-Dance with Death
(1969)
Kurt Vonnegut

1945 Dresden Bombing


"...écrire un livre contre la guerre, c'est comme écrire un livre contre les glaciers."


                 Billy Pilgrim, ancien combattant de l'armée américaine fait prisonnier de guerre par les soldats allemands à Dresde lors de la destruction de la ville par un bombardement allié, est soumis à des sauts temporels. Il a aussi été enlevé par des extraterrestres de la planète Tralfamadore qui lui ont révélé la véritable nature du temps. Aucun de ses concitoyens, ni même sa famille, ne croit en ses histoires, les reléguant à son obsession pour un obscure auteur de romans de science-fiction du nom de Kilgore Trout.
                 Narré du point de vue de Vonnegut lui-même, qui fut prisonnier de guerre à Dresde, celui-ci s'efface au cours du récit, agissant comme un témoin de la vie de Billy. Sa présence est néanmoins plus forte au cours du premier chapitre, ancrant son histoire dans l'Histoire, et conférant un ton post-moderniste à son livre, posant une réflexion sur l'écriture fictionnelle et le rapport entre celle-ci et la réalité.
                 Fourmillant d'une myriade de personnages intéressants comme Paul Lazzaro, Roland Weary et Edgar Derby, trois autres prisonniers de guerre, mais aussi d'un nazi américain, d'un écrivain de S-F raté ou d'un historien de la guerre obsessionnel et narcissique, chacun illustre à sa façon le rapport qu'entretient Billy avec le monde souvent inhospitalier dans lequel il vit. Car Abattoir 5 est avant tout un roman qui questionne ce rapport entre les individus et ce qui les entoure.
                 En suivant une chronologie qui ne respecte pas le déroulement historique des événements mais celle ordonnée selon la manière dont Billy subit les événements de sa vie, Vonnegut bouleverse ce rapport et différencie son protagoniste du reste de l'humanité. Il en devient extralucide et vient à en conclure que les hommes n'ont pas de libre arbitre. Connaissant par avance le déroulement de sa vie, Billy traverse les péripéties sans inquiétude, son comportement diffère des autres soldats et prisonniers, il n'est pas un battant, il ne lutte même plus pour sa survie car il sait qu'il sortira de Dresde vivant.
                 A travers Billy, Vonnegut critique donc une attitude fataliste qui voudrait que l'on ne puisse rien contre la guerre. Il reconnaît certes que "écrire un livre contre la guerre, c'est comme écrire un livre contre les glaciers", mais ne valide pas cette idée comme excuse pour un désengagement moral de l'homme par rapport à ce qui se déroule autour de lui.

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bruce Kraft 14/02/2010 12:19


J'oubliais, mais t'as trouvé ce bouquin comment?


the idiot 15/02/2010 07:52


Ben je faisais un petit tour dans le parc quand une soucoupe volante s'est matérialisée devant moi et là... Non, c'était pas ça... Euh, en fait j'en avais entendu parler il y a un bout de temps,
Vonegut est un auteur assez connu et estimé outre-Atlantique. Peu de ses livres sont dispo en français, celui-ci l'est. J'ai commandé quelques autres de ses romans, son oeuvre a l'air très
prometteur.


Bruce Kraft 14/02/2010 12:18


Wouah!! Mais c'est quoi cet ovni?? Ce qui est hallucinant c'est qu'avec le synopsis on se dit mais c'est quoi ça? Du Ed Wood??


the idiot 15/02/2010 07:48


A mi-chemin entre du K. Dick et du Pynchon mélange assez étonnant mais efficace en tout cas! Les éléments SF sont assez foutraques, mais c'est ce qui donne son charme au bouquin, et le personnages
de Kilgore Trout, écrivain raté, est merveilleux.