Two Lovers

Publié le par the idiot

Two Lovers
(2008)
James Gray
Joaquin Phoenix, Gwyneth Paltrow, Vinessa Shaw

Two Lovers



                Leonard Kraditor, rentré chez ses parents suite à une rupture douloureuse aux souvenirs encore vifs, travaille au pressing de son père et passe son temps libre à faire de la photographie en noir et blanc, prenant des clichés d'un New York déserté. Alors que Sandra fait irruption dans sa vie, provoquant leur rencontre par le biais des affaires que mène son père avec celui de Leonard, ce dernier rencontre Michelle, sa nouvelle voisine, dont il tombe éperdument amoureux.
                Two Lovers n'est pas, comme pourrait le laisser penser ces prémisses, une banale romance bâtie sur la figure du sempiternel triangle amoureux, mais suit au contraire l'errance d'âmes en peine dans un New York dépersonnalisé où les relations humaines n'ont plus de fondations. Déracinés et déboussolés, Leonard et Michelle traversent la ville et la vie en se laissant glisser, n'opérant plus de choix par peur de se tromper, préférant remettre leurs destins dans les mains de ceux qui voudront en prendre soin. Ils ne sont pas pour autant des autistes patentés ; capables de sentiment et d'ouverture ils s'ouvrent l'un à l'autre, cherchant à la fois de l'aide et à s'aider mutuellement.
                Après le déjà très réussi La Nuit nous appartient, polar survolté aux accents tragiques, James Gray démontre avec Two Lovers qu'il sait diversifier ses sujets et sa mise en scène. Filmés de près, ses personnages prennent vie à l'écran, sublimés par d'excellents acteurs, tantôt dans un contre-jour où ils peuvent dissimuler leurs intentions, tantôt mis à nu par une lumière blafarde révélant les cicatrices qui retracent l'histoire de leurs vies. De l'ouverture, dont la violence calme marque le spectateur en l'emballant dans le rythme doucereux du récit, à la scène finale reposant sur une ambiguïté entre résignation et sérénité, le spectateur se trouve happé par une parfaite maîtrise de la narration et un questionnement lucide sur les liens amoureux.

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bruce Kraft 12/02/2010 18:47


Ben merde...tu m'as donné envie de le voir alors que j'aurais vomi dessus sans hésité...ce que je suis con parfois...


the idiot 13/02/2010 11:20


Ben, je l'ai vu qui trainait à la bibliothèque et je me suis dit pourquoi pas après tout. Ca reste un film d'amour hein!