Electra Glide in Blue

Publié le par the idiot

Electra Glide in Blue
(1973)
James William Guercio
Robert Blake, Billy (Green) Bush, Mitch Ryan





               Film méconnu du cinéma américain des années 1970 et oeuvre unique de James William Guercio, Electra Glide in Blue prend comme modèle le Easy Rider de Dennis Hopper pour faire exploser les codes du film emblématique de la contre-culture américaine et rendre son argument d'autant plus pertinent. Le démentèlement du rêve américain ne passe plus ici par des personnages marginaux mais par un véritable héros, un flic à moto qui croit dans ce rêve et tout ce qu'il incarne qui va se heurter à une désillusion totale.
               Un petit mot sur le titre, une Electra Glide est un modèle de la marque Harley Davidson utilisé entre autres par la police américaine qui peint ses véhicules en bleu. Big John, un policier de petite taille en conduit une tous les jours mais aimerait bien la troquer contre le stetson et le cigare du détective. Tout semble le condamner à sillonner des routes vides sous un soleil de plomb jusqu'au jour où son intuition le guide à soupçonner qu'un suicide découvert récemment ne serait en fait qu'un meurtre maquillé en suicide. Le détective Harve Poole va alors en faire son nouveau protégé.
               Le film manie avec intelligence ironie et humour, plusieurs scènes donnent lieu à des situations absurdes et hilarantes, le rire faisant irruption de façon assez inattendue dans une ambiance aussi aride que les paysages de l'Arizona. Alors que le film prend pour héros un symbole évident de l'institutionnalisation des Etats-Unis, Guercio se plait à le tourner en ridicule dès sa première apparition à l'écran. Au final, les flics du film sont aussi paumés que les dealers et les hippies qu'ils poursuivent, un constat d'une modernité accablante quand on s'aperçoit à quel point la police ne sait plus aujourd'hui situer son rôle.
               Electra Glide in Blue pose aussi une réflexion intéressante sur l'image, Big John est hantée par toutes les valeurs qu'il incarne par sa fonction et l'uniforme en devient un icône que ce soit celui du détective ou de la patrouille à moto. Tous les symboles ont de l'importance, le poster de Easy Rider qui sert de cible à l'entraînement, le look des hippies et leur minibus repeint aux couleurs de la flower power, l'enseigne du détective et même Monument Valley, le cadre dans lequel se déroule le film et des nombreux westerns de John Ford, théâtre de la conquête de l'Ouest et lieu emblématique du mythe fondateur américain. C'est finalement l'image, d'une manière ou d'une autre, qui vouera chaque personnage à la perte.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article

coltrane 10/08/2010 19:08



Je me disais bien que tu en avais parlé de ce film...je suis tombé dessus par hasard et j'en ai même profité pour le regarder...je vais tâché d'en causer bientôt sur mon blog...



the idiot 11/08/2010 11:02



Il est passé à la télé ou bien? Je lirais ça avec intérêt.



VaniPod 26/02/2010 09:51


Film à voir alors :)


the idiot 26/02/2010 10:30


On peut voir ça comme ça.