La Maison de l'exorcisme

Publié le par the idiot

Lisa e il diavolo
(1973)
Mario Bava, Alfredo Leone
Telly Savalas, Elke Sommer, Robert Alda





                Sans être un grand film, La Maison de l'exorcisme tient un rôle important dans la carrière de Mario Bava, grande figure du cinéma d'horreur italien. Il doit son existence à l'échec d'un film précédent du réalisateur, Lisa et le diable (dont le titre fut repris pour la version italienne) qui, malgré un bon accueil au festival de Cannes, ne trouva pas de distributeur et fut mis, par conséquent aux oubliettes. Le producteur du film, Alfredo Leone, voulant surfer sur le succès de L'Exorciste
de William Friedkin, en réécrivit le scénario, incorporant des extraits du film orignal sous forme d'hallucinations vécus par la victime d'une possession démoniaque dans la nouvelle mouture du film.
                Tous les ingrédients semblent donc réunis pour nous offrir un bon gros navet, surtout que Mario Bava refusa de tourner certaines des nouvelles scènes et demanda à ce que son nom ne figure point au générique pour se dédouaner de la direction purement mercantile que prenait désormais un projet qui lui fut cher. Pourtant, grâce à un remaniement intelligent de l'intrigue et malgré des scènes plagiées sur son nouveau modèle américain, La Maison de l'exorcisme demeure un film intéressant et a le mérite de nous faire découvrir les seules images disponibles de Lisa et le diable, images morbides et envoûtantes figurant parmi les plus marquantes mises en scène par le réalisateur italien.
                La structure narrative souffre légèrement de ce remaniement mais pas au point d'en dégoûter le spectateur et au final le film est assez différent de L'Exorciste, opérant souvent par flash-back pour relater davantage les raisons de la possession plutôt que son effet. Cependant la plupart des nouvelles scènes s'inscrivent dans la logique de celles tournées auparavant et le film reste suffisamment cohérent pour ne pas gâcher entièrement le projet initial si on omet quelques ellipses surprenants.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article