Les Nus et les morts

Publié le par the idiot

The Naked and the Dead
(1948)
Norman Mailer





             Le premier roman de l'auteur américain, Norman Mailer, narre la prise d'une île japonaise dans le pacifique par des GIs au cours de la seconde guerre mondiale. Partie de la guerre peu connue par les eurocentriques que nous sommes, la guerre du Pacifique fût caractérisée par le "island hopping", méthode consistant à conquérir une île pour en faire une nouvelle base avant d'attaquer une autre. Les Nus et les morts plonge son lecteur dans l'enfer de la guerre, entre l'attente interminable et la spontanéité des combats qui ne laissent aucun répit aux soldats.
             Le roman suit le périple d'une escouade de reconnaissance commandée par le sergent Croft et composée d'une vingtaine de soldats, de leur débarquement sur les plages d'Anopopei jusqu'à la fin de la campagne, mettant en lumière l'absurdité de la guerre. Entre les difficiles missions qui leur sont attribuées, les soldats entretiennent une conversation hantée par la mort qu'ils sentent toujours rôder autour d'eux et par les souvenirs du "back home". Le doute est un élément important du livre, soulignée par les nombreuses discussions qui tournent autour des épouses, resteront-elles fidèles pendant qu'on se les gèle dans les tranchées?
             L'escouade reflète le melting-pot américain, composée d'hommes de diverses origines ethniques, Irlandais, Juifs, Mexicains se retrouvent sur un pied d'égalité pendant les combats, tous aussi vulnérables les uns que les autres, ne bénéficiant plus que de leur instinct de survie pour éviter d'y passer. De même, l'armée répercute de par sa hiérarchie la stratification sociale, source d'inégalités, et se fait l'image de l'éternel rapport de force qu'est la lutte des classes.
             L'écriture de Mailer est vive et réaliste, le dialogue donne du relief aux personnages, dressant un caractère en quelques lignes bien senties. De nombreux flash-backs explorent le passé de chaque personnage et ce procédé est une des grandes forces du roman, permettant de comprendre les motivations et les agissements de chacun, du général en charge des opérations jusqu'à la dernière recrue le lecteur vit la bataille à travers leurs yeux, tantôt avec les considérations stratégiques d'ensemble, tantôt dans une incompréhension et un sentiment d'injustice totaux.

Publié dans Littérature

Commenter cet article