Synecdoche, New York

Publié le par the idiot

Synecdoche, New York
(2008)
Charlie Kaufman
Philip Seymour Hoffman, Samantha Morton

****





                  Comment parler de Synecdoche, New York? Pour commencer, par l'incompréhension ressentie en apprenant la ridicule diffusion du film (23 salles en France!). Rappelons que, bien qu'il s'agisse du premier film réalisé par Charlie Kaufman, le bougre est quand même le scénariste qui nous a pondu Dans la peau de John Malkovitch et Eternal Sunshine of the Spotless Mind qui, à défaut d'être des chefs d'oeuvre, ont rencontré tous deux un grand succès public. Quand, parallèlement, son tâcheron de confrère Paul Haggis se voit offrir une sortie en grande pompe pour Collision ou Dans la vallée d'Elah, on se dit que les distributeurs ne cherchent vraiment plus qu'à véhiculer de pitoyables bons sentiments auprès d'un public à qui il ne faut surtout pas demander de réfléchir.
                  Synecdoche, New York narre les aventures d'un metteur en scène de théâtre en prise à une véritable crise existentielle. Ses problèmes prennent aussi bien racine dans sa vie professionnelle suite à une panne d'inspiration et de motivation, que dans sa vie privée. Malade, il voit son couple imploser et se retrouve plongé dans une profonde solitude dont rien ne parvient à le faire sortir. Il s'engage alors dans un projet artistique qui prendra peu à peu sa forme titanesque tandis que ses multiples problèmes évoluent de façon proportionnelle.
                  Le gros défaut du film est que Kaufman souffre des mêmes troubles que son personnage et semble parfois dépassé par l'ampleur de son ambition, laissant parfois son film se perdre dans des méandres qui s'avèrent au final inutiles. Mais telles sont la complexité de son idée de départ et l'honnêteté qu'il déploie à traiter son sujet, que le spectateur s'en accommodera, tout comme de cette fin tutoyant franchement la niaiserie. Un dernier mot sur Philip Seymour Hoffman qui nous gratifie encore une fois d'une grande performance d'acteur comme peu d'autres, aujourd'hui, se montrent capables de le faire.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article