Un enfant de Dieu

Publié le par the idiot

Child of God
(1974)
Cormac McCarthy

Cormac McCarthy


Un enfant de Dieu, possiblement comme vous même.


                 Troisième roman de Cormac McCarthy, célèbre aujourd'hui pour son dernier livre, La Route, mais auteur aussi de l'excellente trilogie de la frontière, Un enfant de Dieu raconte l'histoire de Lester Ballard, un homme qui vit en marge de la société dans une petite ville paumée de l'Amérique profonde.
                 Au cours du roman, Ballard sombre lentement dans une folie meurtrière qui le poussera à commettre les plus viles obscénités, actes que décrit McCarthy en détail avec une froide distanciation qui peut mettre le lecteur mal à l'aise. Mais plus qu'une simple fresque gore de la perversion d'un homme, Un enfant de Dieu est une parabole sur l'aliénation et les conséquences que celle-ci peut avoir.
                 Tout au long de l'histoire, le protagoniste est lancé à la poursuite de la chaleur humaine mais il est un paria. Rejeté de tous alors qu'il ne cherche au final qu'un peu d'amour (mais où est donc l'amour de Dieu?) il erre seul dans les forêts et montagnes, l'été comme l'hiver lorsque les respectables citoyens lui refusent toute forme d'hospitalité. Seul le gérant de la déchetterie locale lui témoigne une quelconque sympathie mais sa famille ruinée par la consanguinité et une descendance faite de traînées en tous genres n'en font pas un point de chute convenable aux yeux de Lester.
                 McCarthy brouille la chronologie en incluant au cours de la première partie du roman des commentaires de divers personnages sur les crimes et la manière de vivre de Lester, présageant sa chute et reniant toute responsabilité quant à ses actes. Pourtant, si Ballard est "un enfant de Dieu" il est donc comme les autres hommes et le roman de McCarthy souligne ainsi la responsabilité de chacun dans le cheminement de ses semblables.
                 Un enfant de Dieu n'est certes pas l'oeuvre la plus marquante de cet écrivain mais on y voit apparaître en germe les caractéristiques des grands romans qui vont suivre. Cormac McCarthy fait preuve d'un intérêt pour ceux qui vivent en marge de la société, thème qu'il exploite à merveille dans Suttree. On retrouve aussi sa façon inimitable de donner vie à ses personnages en les faisant parler. Enfin, l'aspect parabolique, souvent employé et qui donne à La Route toute sa force apparaît déjà en filigrane ici.

Publié dans Littérature

Commenter cet article

coltrane 15/01/2010 13:10


Quand je pense que je n'ai encore rien lu de lui ! Je ne l'ai découvert il est vrai que lorsque No Country...(quel film !)
est sorti au cinéma...Le film La Route n'est apparemment pas tout à fait aussi bon que le livre où l'auteur se montre semble-t-il moins sombre qu'à son habitude ?


the idiot 16/01/2010 09:51


Je sais pas s'il est moins sombre, c'est quand même un roman assez pessimiste, mais je trouve ses deux derniers romans moins bons que les précédants. Je te conseille surtout de lire
Suttree (son chef d'oeuvre), la trilogie de la frontière et Méridien de sang, en fonction de tes goûts.


Tietie007 09/01/2010 06:48


Intéressant, entre Un tueur sur la route d'Ellroy et American Psycho d'Elis ?


the idiot 09/01/2010 10:30


Tu rajoutes le côté bouzeux et t'y es! Le style de McCarthty est plus travaillé que ces deux autres auteurs, il est moins dans le registre polar qu'Ellroy. Là où ils pourraient se retrouver c'est
au niveau des dialogues, mais ceux de McCarthy sont parmis les meilleurs. Il arrive à cerner un personnage en le faisant dire une phrase.