Sorties cinéma et DVD, mars 2012

Publié le par Marc

Pas la peine de lire, il n'y a rien à voir

Inutile de se creuser la tête ; voici typiquement le genre de mois où l’on se dit qu’il serait idéal que son cinoche local pense à organiser un festival du type « les 50 plus grands classique pas trop emmerdants qui se déroulent uniquement dans des locomotives à vapeur ». Parce qu’entre Cloclo et La Colère des Titans, faut pas déconner mais il n’y a vraiment pas de quoi s’exciter. Il y aura toujours les deux glandus du fond pour se déplacer voir The Woman in Black et faire tourner l’économie cinématographique mais, si on bat en mars des records d’audience, il va sérieusement falloir qu’une tripotée de sociologues se penche sur la vacuité de la vie sociale des spectateurs. Vous l’aurez compris, je n’ai rien, mais alors rien, à vous proposer ce mois ci. Alors pour me rattraper, je vous rappelle simplement quelques sorties du mois dernier qui doivent encore tourner dans quelques salles à l’heure où je me retourne le cerveau histoire de quand même vous pondre un article sur des nouveautés inexistantes. Déjà chroniqués ici, les excellents Ulysse, souviens-toi du Guy Maddin (dont j’ai oublié de vous parler début février tout simplement du fait qu’il n’avait pas encore été annoncé) et La Taupe de Tomas Alfredson. Si vous avez déjà fait vos devoirs, on me dit aussi le plus grand bien de Bullhead de Michael R. Roskam et de Martha Marcy May Marlene de Sean Durkin (qui avait bossé sur Two Gates of Sleep dont on avait parlé fin 2012). Deux premiers films qui ont intérêt à assurer car, n’étant après tout rien de plus qu’un être humain, ma patience a elle aussi ses limites.

Et en termes de DVD, ça ne s’améliore pas. Ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose vous dira mon banquier. Ce qu’il ne sait pas, ce bougre là, c’est qu’il y a encore pas mal de sorties du mois précédent qu’il me tarde d’acquérir. Soulignons tout de même que Carlotta (moi aussi j’ai l’impression de parler d’eux en chaque début de mois, mais c’est qu’ils font bien leur boulot), après avoir réédité Les Chaussons rouges, nous offre ce mois l’occasion de dépenser nos quelques sous sur une toute nouvelle édition du Narcisse noir des mêmes Powell et Pressburger. Mélodrame spirituel et sensuel et sommet du technicolor flamboyant, les deux cinéastes anglais nous offrent en prime une bande de nonnes frustrées cloitrées dans leur couvent. Il vous en faut plus ? Comme je n’ai rien d’autre à vous dire, et que l’article me paraît un peu court, je tiens simplement à signaler aux amateurs de BD la réédition, chez Drugstore, des aventures de Lone Sloane imaginées par Philippe Druillet. Colorés, barjots, dantesques, grouillants de mille détails, les quatre premiers tomes qui datent des années 1970, s’accompagnent du tout nouveau Delirius 2. Si vous êtes sages, vous aurez peut-être droit à une petite chronique d’ici quelques semaines. Je sais, tout ça est bien minable mais je vous réserve quelques sympathiques surprises pour le mois prochain. Paraît-il qu’il faut prendre son mal en patience.


Ulysse, souviens toi, un film de Guy Maddin

La Taupe, un film de Tomas Alfredson

Le Narcisse noir, un film de Michael Powell et Emeric Pressburger, disponible en DVD aux éditions Carlotta

Delirius 2, une BD de Philippe Druillet, disponible aux éditions Drugstore

Publié dans Nouvelles du front

Commenter cet article

mymp 05/03/2012 23:37


Il y a Portrait au crépuscule, grosse claque russe, et surtout Oslo, 31 août, absolument magnifique et bouleversant, et si tu ne les as pas encore vu, ils te réconcilieront peut-être avec ce mois
de février en demi-teinte, en tout cas plus intéressant que janvier.

Marc 06/03/2012 11:29



Février en demi-teinte, je sais pas trop. J'ai vu trois excellents films sortis au cours du mois et c'est déjà pas mal. En plus de La Taupe, Ulysse, souviens toi et Martha
Marcy May Marlene (vu hier et vraiment beaucoup aimé), il y a quand même eu Bullhead et ce Oslo, 31 août dont on m'a beaucoup parlé et donc Portrait au crépuscule.
Ce qui me fait peur c'est pas février, mais mars. Il n'y a vraiment aucune sortie alléchante. Tu me diras, avec un peu de chance ça me laissera le temps de filer voir les trois derniers titres
mentionnés. Encore faut-il qu'ils tiennent à l'affiche. Mais, au risque de me répéter (désolé il faut vraiment que j'insiste là dessus), Martha Marcy May Marlene c'est très bien et à
voir absolument.