Les Salopes vont en enfer

Publié le par the idiot

Una lucertola con la pelle di donna
(1971)
Lucio Fulci
Florinda Bolkan, Stanley Baker, Jean Sorel

Les Salopes vont en enfer



                  Carol Hammond passe de mauvaises nuits. Ses cauchemars sont hantés par la perversion et le meurtre tandis que ses hippys de voisins font la fête toute la nuit. Lorsque sa voisine est sauvagement assassinée, Carol devient le suspect principal de la police, elle doit alors prouver son innocence. La suspicion plane alors tour à tour sur chaque personnage du film dans un dénouement typiquement giallo mais réalisé à la perfection.
                  D'un point de vue purement esthétique, Les salopes vont en enfer (dont le titre italien qui veut dire "un lézard dans la peau d'une femme" est quand même nettement plus classe!) est un giallo réellement unique, reposant plus sur une mise en scène avant-gardiste que sur des effets gores à la pèle. Les scènes oniriques, hormis deux ou trois effets kitsch, prennent des allures surréalistes alors que la musique, signée Ennio Morricone, crée une ambiance étrange de rêverie psychédlique.
                  Premier véritable giallo de Lucio Fulci qui en réalisera d'autres par la suite (La Longue nuit de l'exorcisme, L'Emmurée vivante), Les Salopes vont en enfer appartient à la grande vague des films du genre qui déferlent en Italie au début des années 1970. Il fait sans doute partie des meilleurs et des plus originaux, tant au niveau de son récit qu'au niveau de la mise en scène et devrait ravir les fans du genre et surprendre ceux du "godfather of gore".

Publié dans Cinéma

Commenter cet article

Tietie007 29/03/2011 23:21



L'oiseau au plumage de cristal, Le chat à 9 queues et 4 mouches de velours gris !



the idiot 29/03/2011 23:57



Ah, animalier dans ce sens là. Je n'ai vu que le premier des trois qui m'a beaucoup plu. Il faudra que je voie les autres. Sinon je reste très fan de Suspiria.



Tietie007 29/03/2011 21:41



Je n'aime que la trilogie animalière, d'Argento ...



the idiot 29/03/2011 22:44



Par curiosité, quels films composent cette trilogie selon toi. Phenomena, j'imagine (j'ai un faible pour ce film, plus lié au singe qu'à Jennifer Connelly, je te l'assure). Et quels
autres?



Tietie007 29/03/2011 21:15



Je veux bien vous croire, n'étant pas un spécialiste de Fulci ! Mais aimant beaucoup
Argento, notamment sa trilogie animalière !



the idiot 29/03/2011 21:35



Ah mais j'aime aussi beaucoup Argento, mais force est de constater qu'aujourd'hui il sucre les fraises. Mother of Tears était lamentable (et ça fait mal de le reconnaître) et je n'ai pas
encore osé voir Giallo. Pour ce qui est de Bava, j'aime beaucoup certains de ses films dont Six femmes pour l'assassin, La Baie sanglante et Kidnapped!, tous à
voir, malheureusement difficiles à trouver en France.



Tietie007 29/03/2011 17:11



Fulci est un peu à la traîne par rapport à Argento ou Bava !



the idiot 29/03/2011 20:41



Je suis pas d'accord, c'était un réalisateur plus polyvalent. Ses westerns sont plutôt bons. Il a connu une grande désillusion avec l'échec de Beatrice Cenci, un film historique et
peut-être son chef d'oeuvre.



Phil Siné 25/01/2010 20:32


fulci, réalisateur super méga connu dans le genre j'imagine :)


the idiot 26/01/2010 18:51


Fulci, sans être ultra célèbre, est un touche à tout du cinéma bis italien. Après s'être fait la main en tournant quelques comédies dans les années 1950, il a tourné des films de genres divers,
allant du western spaghetti avec Le Temps du massacre et Les Quatre
de l'apocalypse, au film de zombies qui a fait sa gloire (L'Au-delà et
L'Enfer des zombies), en passant par le giallo (La Longue nuit de l'exorcisme ou L'Eventreur de New York un peu plus typé slasher) et une adaptation de Croc
blanc. Une carrière vaste et inégale avec de nombreuses perles tournées en deux semaines pour tois fois rien et montées en trois jours comme on savait le faire à l'époque.