Le Top 7 des plus belles pourritures du cinéma par the idiot

Publié le par the idiot

Que de la saloperie!

 

Une fois n'est pas coutume, sur une initiative de Bruce Kraft de La Pellicule Brule, je me lance dans un petit top. Cette fois, je vous propose (selon moi) les plus belles ordures de l'histoire du cinéma.

 

John Ryder - The Hitcher


Pour commencer, un psychopathe, un vrai. Et qui de mieux pour l'incarner que l'ami Rutger Hauer? A force de torturer les pauvres automobilistes il finit malheureusement par les énerver un peu trop.

 

John Ryder

 

Harry Powell - La Nuit du chasseur

 

Un prêtre avec des tatouages, c'est louche. Un prêtre avec des tatouages qui drague de riches veuves, ça l'est encore plus. En plus, Harry Powell ne laissera pas les enfants se mettre sur son chemi. Une belle ordure, et quand il se met à chanter c'est encore plus terrifiant.

 

Harry Powell

 

Zeeman Barzell - La Vallée des plaisirs

 

Producteur de génie ou pervers en force, c'est à vous de choisir. En tout cas, un type qui décapite des beaux-gosses déguisés en Tarzan, moi je ne leur fais pas confiance. Puis, je ne peux pas manquer une occasion pour citer du Russ Meyer!

 

Zeeman Barzell

 

Ulysses Diello - L'Affaire Cicéron


Il bosse pour l'ambassade anglaise à Istanbul pendant la guerre et se permet de vendre des informations sur le débarquement aux Nazis sous prétexte que ces derniers sont trop bêtes pour y piger quoi que ce soit. L'un des personnages les plus cyniques de l'histoire du cinéma.

 

Ulysses Diello

 

Frank - Il était une fois dans l'Ouest


Lors de sa première scène - mythique - il abat un jeune garçon de sang froid. Tout au long du film, Frank s'avérera n'être qu'un pur salopard. Incarné sous les traits d'Henry Fonda, l'homme qui a joué Lincoln et Wyatt Earp, qui symbolise à lui seul les valeurs américaines, la désillusion n'en est que plus forte. Un casting parfait pour un bad guy d'exception.

 

Frank

 

Don Lope de Aguirre - Aguirre, la colère de Dieu


S'autoproclamant le traître suprême, Aguirre règne en maître sur un radeau en dérive en pleine Amazonie. Jamais la prestation d'un acteur n'a été aussi impressionante que celle de Kinski dans le film de Herzog. Marchant les yeux exhorbités aux milieu des cadavres et des singes, il crève l'écran et glace le coeur.

 

Aguirre

 

Le fils de Satan - Le Prince des ténèbres

 

Il a beau ressembler à un aquarium rempli de gélatine verte, il vous gicle quand même en pleine bouche comme un vaurien. Puis merde, il pousse Alice Cooper à empaler un pauvre innocent sur un demi vélo tout rouillé. En plus c'est le film le plus flippant que j'ai eu l'occasion de voir.

 

Prince of Darkness

Publié dans Cinéma

Commenter cet article

Cachou 21/07/2010 19:15



Tu sais que j'ai oublié ce que j'avais en tête ce matin...



the idiot 21/07/2010 19:31



Ben je n'en sais pas plus que toi. Désolé.



Cachou 21/07/2010 12:48



Je ne suis pas aveugle, hein, juste dubitative...



the idiot 21/07/2010 19:13



J'ai jamais dit le contraire d'abord. Et moi non plus je ne vois pas le rapport.



Cachou 21/07/2010 12:43



Si tu le dis...



the idiot 21/07/2010 12:45



Tu veux que je le répète?



Cachou 21/07/2010 12:30



Tu imagines, hein, plutôt...



the idiot 21/07/2010 12:39



Je fais ce que je veux.



Cachou 20/07/2010 23:28



Nan, mais il y en avait une dans la réponse à ton "Je l'aime bien quand il sautille."...



the idiot 21/07/2010 12:29



Je vois, je vois...