La Colline des hommes perdus

Publié le par the idiot

The Hill
(1965)
Sidney Lumet
Sean Connery, Ossie Davis, Michael Redgrave

The Hill



              En pleine guerre, la justice suit son cours et sévit. Joe Robert, soldat de l'armée de sa majesté, arrive dans une prison militaire pour avoir frappé et désobéi à son supérieur lors d'une bataille. Enfermé dans une cellule avec quatre autres hommes, sanctionnés eux pour avoir volé de l'alcool ou désertion, Roberts va découvrir l'envers du décor et, peu à peu, perdre foi en l'armée. Le jeune gardien de cellule, Williams, fait du zèle et la tension entre les deux hommes va monter jusqu'à l'explosion.
              Le camp de prisonniers a pour coeur une grande colline. Elevée par les hommes eux mêmes, elle leur sert de punition, les sergents responsables de leur réhabilitation les faisant grimper au pas de course le grand amas de terre sous le soleil brûlant de l'Afrique. La colline représente un obstacle infranchissable, symbolisant le combat de Roberts contre le fonctionnement de la prison  et contre la bureaucratie de l'armée qui mène les hommes vers une mort certaine.
              Avec La Colline des hommes perdus, Lumet continue son travail d'adaptation de pièces de théâtre à l'écran entamé avec 12 hommes en colère quelques années plus tard. La dimension théâtrale du film est très bien exploitée, que ce soit au travers de la colline ou de certaines scènes où la dramaturgie est très poussée. Le résultat est un film de guerre atypique qui tend davantage vers le drame psychologique, développant la sensation de choc émotionnel grâce à une écriture fine et des acteurs excellents.

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

coltrane 02/05/2010 18:25


Je suis content que tu ait pu voir ce film épatant de Sidney Lumet qui avait déjà réalisé à l'époque quelques films (quand on pense qu'il est encore sur la brêche !).
Sean Connery fait la démonstration que c'est un immense acteur et Lumet se situe entre tradition et modernité (hollywoodienne) avec ce film coup de poing.


the idiot 04/05/2010 23:28



Je te remercie de me l'avoir conseillé.



Youtokine Toumi 03/04/2010 20:38


En tant que fan de Sean Connery, je connais ce film depuis longtemps mais je n'avais jamais su que c'était tiré d'une pièce de théâtre. Tu m'as appris quelque chose :)
Par contre, ce film a une spécificité unique (à ma connaissance) dans l'histoire du cinéma et tu ne l'as pas citée dans ton article: il n'y a absolument aucune musique du début à la fin. Est-ce que
tu l'avais remarqué?


the idiot 04/04/2010 21:59



Oui j'avais remarqué l'absence de musique. Je dirais pas que c'est une spécificité unique, mais c'est assez rare. Il me semble que quelques polars des années 30 et 40 se passaient déjà de
musique. Lumet le refera plus tard avec Un après-midi de chien.