Guerre des gangs à Okinawa

Publié le par the idiot

Bajuto gaijin butai
(1971)
Kenji Fukasaku
Koji Tsuruta, Noboru Ando




                  Gunji, ancien caïd des docks de Yokohama, vient de terminer une pige de dix ans à l'ombre. A sa sortie de taule il retrouve son gang de yakuzas dispersé aux quatre coins de la ville et son ancien fief sous le contrôle de ceux qui l'ont fait plonger. Regroupant ses plus fidèles lieutenants autour de lui, il s'envole pour Okinawa, une île au sud du Japon, où il pense pouvoir se tailler un nouvel empire.
                  Arrivés sur place, Gunji et les siens vont rapidement se faire une place dans les affaires locales en prenant le contrôle d'un trafic de gnole contrôlé par de minables voyous du coin. Mais peu à peu, ils vont être confrontés à un sentiment de communautarisme et de xénophobie, les caïds du coin craignant une invasion de l'île par les gangs de la métropole. Quand cette offensive sera lancée, Gunji devra choisir son camp.
                  Ressassant ses thèmes obsessionnels, ou plus précisément, les instaurant, Fukasaku signe avec Guerre des gangs à Okinawa son premier grand film de yakuzas. D'une facture encore très classique, on est encore très loin des révolutionnaires Combat sans code d'honneur et Cimetière de la morale, le film impose son style violent qui flirte parfois avec un sombre lyrisme désabusé qui n'est pas sans rappeler le magnifique Sonatine de Takeshi Kitano.

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ICI...Surprises pour toi..... petit curieux que tu es..............!!! 25/11/2009 18:52


Bonsoir.
Ton article est vraiment super.
je me suis régalé..
Bonne fin de soirée.
LORENT


the idiot 28/11/2009 11:41


Merci. H'site pas à regarder d'autres films de Fukasaku dans ce cas.


Bruce Kraft 14/11/2009 17:13


J'adore ce genre de film mais je ne sais jamais sur lesquels me jeter...


the idiot 15/11/2009 12:56


Fukasaku est vraiment le fondateur du genre dans ses codes modernes, donc ses films constituent un excellent point de départ. Sinon, les films de yakuzas de Kitano sont pas mal ; Sonatine
et Jugatsu. Il y a aussi Seijun Suzuki, mais lui faisait des films avec un côté plus avant gardiste au niveau formel, ce qui peut rebuter.

C'est pas tout à fait pareil, mais j'aime beaucoup les polars de Kurosawa ; Chien enragé, Les Salauds dorment en paix et Entre le ciel et l'enfer.


Bruce Kraft 12/11/2009 23:36


Et forcément...je ne connaissais pas!!!


the idiot 13/11/2009 07:49


Si t'apprécies les yakuzas couillus, une bonne dose de sang et d'ultraviolence entrecoupée d'instants d'intense introspection mélancolique, jette toi sur Fukasaku, un des plus grands réals japonais
à mon avis.