Funny Games

Publié le par the idiot

Funny Games
(1997)
Michael Heneke
Ulrich Mühe, Susanne Lothar, Arno Frisch

Funny Games



            Quand Georg et Anna arrivent à leur maison de vacances avec leur jeune fils, les voisins les accueillent de façon énigmatique, de loin et froidement. Quelques instants plus tard, alors qu'ils sont en train de s'installer dans la maison, un jeune inconnu vient pour demander des oeufs de la part de la voisine chez qui il séjourne. La tension monte et un deuxième homme vient épauler son camarade. S'installe alors un jeu pervers entre les ravisseurs et la famille.
            Questionnant notre rapport à la violence en tant que spectateurs, Haneke nous oblige à prendre une distance critique par rapport à son film et aux personnages. Brisant sans cesse l'illusion de la réalité par le personnage de Paul, tête pensante des ravisseurs qui s'adresse directement à nous, il insiste sur la nature du média cinématographique et l'artifice qu'est la fiction. Mais le spectateur ne peut pourtant pas s'empêcher de prendre parti pour la famille et d'éprouver un certain malaise à témoigner de leurs souffrances.
            Funny Games mêle un humour noir au drame psychologique intense, chaque genre étant représenté par un groupe de personnages. Les deux ravisseurs forment un duo de clowns, insistant sur la notion de jeu et apparaissant comme presque enfantins. La famille quant à elle est plongée dans la terreur de l'incompréhension. Tout ce qu'ils entreprennent rencontre une réaction inattendue de la part de leurs bourreaux, provoquant toujours davantage d'angoisse et de désespoir.

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article