Exhumé : Megavixens de Russ Meyer

Publié le par Marc

Megavixens
Up!
Réalisé par Russ Meyer
(1976)

Dans sa recherche systématique d’une exubérance visuelle (pour ne pas dire plastique), musicale (orale ?) et scénaristique (si je puis employer ici le terme), Russ Meyer nous offre avec Megavixens un spectacle jubilatoire qui oscille chaotiquement entre un érotisme kitsch et un scénario aux situations aussi irrévérencieuses que les corps des actrices sont rebondis. Narré par une voluptueuse et trop souriante rouquine qui se promène dans le plus simple appareil du début à la fin du film tout en nous contant son histoire dans des envolées lyriques pastichant allégrement Shakespeare, Megavixens se pose d’emblée sur le ton de la parodie la plus décalée et du divertissement pur. Plaquant ce faux ton de tragédie sur fond d’une rocambolesque histoire de meurtre, celle d’un dénommé Adolph qui se donne avec excès aux plaisirs du sadomasochisme (tiens donc) dans son nid de vautours, Meyer mène son récit à grande vitesse vers un terme délicieusement débridé, ne ralentissant le rythme que pour nous laisser le temps d’admirer les formes débordantes et parfois grotesques de ses héroïnes que sont Sweet Lil’Alice, Margo Winchester, et leurs nombreuses camarades de jeu (hommes et femmes, il y en a pour tous les goûts). Alors, ce n’est pas franchement intelligent, je vous le concède. Il ne faudra pas venir chercher dans Up! des réminiscences de La Vallée des plaisirs et de la critique acerbe que ce réalisateur inimitable y dressait contre le monde du showbiz, mais Meyer se souvient toujours de livrer avec ses mises en scène lubriques, et toujours inventives, un esprit anarchiste et un humour désopilant qui, tout en lui mettant plein les yeux, laisse souvent le spectateur dans un état plus proche de l’hilarité que d’une libidineuse et turgescente excitation sexuelle.


Megavixens, un film de Russ Meyer disponible en DVD aux éditions Films sans frontières

Publié dans Exhumations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article