Exhumé : Dersou Ouzala d'Akira Kurosawa

Publié le par Marc

Dersou Ouzala
Dersu Uzala
Réalisé par Akira Kurosawa
(1975)

Pour mettre en scène ce récit autobiographique de Vladimir Arseniev, un projet qui lui tenait à cœur depuis ses premiers pas d'assistant réalisateur d’après les dires de l’acteur Yuri Solomin, Akira Kurosawa aura attendu l'ultime phase de son immense carrière ; celle de la couleur qu’il amorce en 1970 avec Dodeskaden. Autre trait caractéristique de cette fin de carrière qui fait ici son apparition, le goût du réalisateur nippon pour l’ailleurs car si c’est à ma connaissance la première fois qu’il ira chercher un financement auprès d’investisseurs étrangers ce ne sera pas la dernière. Pour Ran ce sera en France, pour Rêves à Hollywood, mais pour Dersou Ouzala ce sera en URSS, lui permettant ainsi de tourner dans les lieux mêmes visités et décrits par l’écrivain dans son livre La Taïga de L’Oussouri : Mes expéditions avec le chasseur golde Dersou. Conte sur la rencontre des cultures, sur l’étroite relation entre l’homme et la nature qui l’entoure et sur la naissance d’une amitié inattendue, Dersou Ouzala est un film qui, en narrant l’improbable rencontre entre un chasseur golde et un officier-topographe de l’armée russe chargé de cartographier une région de la Taïga orientale, étonnera ceux qui s’étaient arrêtés aux célèbres films de sabre de Kurosawa mais qui ravira les spectateurs marqués par l’humanisme déchirant mais toujours sobrement dénué de sensationnalisme qu’il affichait déjà dans des réalisations mémorables de ses débuts tels que ce chef d’œuvre méconnu qu’est Vivre. Certains plans de la forêt boréale, et surtout ceux magnifiques de la traversée d’un lac gelé, resteront longuement vives dans l’esprit du spectateur tout comme l’image d’une forte amitié qui naît entre deux hommes qui se retrouvent à la merci d’une nature écrasante. A éviter simplement la copie proposée en DVD par MK2, la qualité de l’image n’étant franchement pas digne du film de Kurosawa.

Publié dans Exhumations

Commenter cet article

coltrane 28/03/2012 19:08


C'est marrant parce que depuis quelque temps j'ai très envie de revoir Dersou Ouzala...Il ne faut pas oublier non plus les polars de Kurosawa...J'ai vu récemment Entre le ciel et l'enfer mais il
y en a d'autres...

Marc 29/03/2012 00:08



J'aime beaucoup Chien enragé pour ma part, mais l'ensemble de son oeuvre reste importante. C'est un des rares réalisateurs que j'ai découvert et aimé plus jeune que j'apprécie encore
énormément aujourd'hui.



Marc Shift 03/03/2012 22:45


C'est même au niveau du propos qu'il ne m'avais pas trop plu, mais c'est devenu très flou dans mes souvenirs, je le revisionnerais...

Marc 06/03/2012 11:21



Tiens, je m'en souviens pourtant comme d'un film assez optimiste. Mais pareil, ça fait un bail et je ne m'en souviens pas des masses.



Marc Shift 01/03/2012 21:53


Je n'ai vu que Dodes'kaden, un peu étrange comme film, bon il faudrait que je lui redonne une autre chance, mais bon j'en ai tellement à voir.....


Mais merci pour les infos.

Marc 03/03/2012 15:32



Dodeskaden est le plus avant gardiste de ses films. Je l'aime beaucoup comme expérience formelle mais je comprends qu'il ne plaise pas à tous.



Marc Shift 29/02/2012 08:22


Tu conseille quoi comme version alors?


Je ne connais pas, mais tu m'a vraiment donné envie....

Marc 29/02/2012 11:45



Eh bien, là est le problème. Mais en faisant des recherches (brèves, je l'admet) je ne suis même pas sûr que le DVD de chez MK2 soit encore dispo. Alors peut-être qu'il y aura une resortie chez
Wildside comme ils ont déjà beaucoup de Kurosawa ou chez Potemkine comme ils sortent beaucoup de productions russes. A guetter. Sinon il y a peut-être qelque chose de mieux chez Criterion ou BFI
(ou ailleurs). Oui, je sais que je t'aide pas beaucoup là... Mais si t'as pas vu les films plus mélo de Kurosawa, du genre Vivre, Dodeskaden ou Madadayo je te les
conseille vivement. C'est un autre aspect de son cinéma qui passe souvent inaperçu mais qui est très chouette.