En bref : Two Gates of Sleep d'Alistair Banks Griffin

Publié le par Marc

two gates of sleepTwo Gates of Sleep
Two Gates of Sleep
Réalisé par Alistair Banks Griffin
(2010)

Cette histoire de deux frères habitant en pleine forêt à la frontière de la Louisiane et du Mississippi est avant tout l’histoire d’un refus de la modernisation de notre style de vie, le récit d’une volonté de vivre au plus proche de la nature malgré la norme. A la mort de la mère les deux frères refusent qu’elle soit amenée à la morgue, que son cadavre soit traité afin de mieux résister au pourrissement, et s’engagent alors, pour honorer sa dernière volonté, dans un périple intimiste au cœur d’une nature glorifiée par la caméra d’Alistair Banks Griffin, une nature rendue aussi belle qu’elle est hostile et écrasante. Malgré l’indéniable beauté de ses images, Two Gates of Sleep ne réussit pas tout à fait à convaincre, les limites du projet paraissant comme les rayons de soleil au travers du feuillage dense. On a un peu l’impression de voir un textbook indie film qui se serait mieux épanoui au format de court-métrage que sur une heure vingt. De l’austérité à la parcimonie narrative et visuelle tout y est passé en revue, mais par manque de substance la sauce ne prend pas. La matière fait défaut pour sortir de l’anecdotique une véritable histoire et le symbolisme lourd qui semble errer sans but (à l’image d'un titre qui aimerait tout et rien dire à la fois) nous laisse sur notre faim. Grace à quelques très belles scènes, Two Gates of Sleep a tout de même le mérite d’ouvrir l’appétit, c’est déjà pas si mal.

Publié dans Nouvelles du front

Commenter cet article

mymp 22/12/2011 22:59


Apparemment, tu n'as pas marché au film, moi au contraire ça m'a complètement subjugué. Je reconnais que le film a un petit côté arty, mais en allant plus loin que la façade, l'ambiance est
hypnotique et certaines scènes sont vraiment bouleversantes. Une belle promesse en tout cas pour un futur talent j'espère.

Marc 25/12/2011 13:33



Je suis d'accord qu'il y a de très belles choses dans ce film. La scène de l'oiseau coincé dans la pièce avec l'un des deux frères qui essaie de l'attraper par exemple. La photo est tout
simplement magnifique et cette idée de deux frères qui trainent le cercueil de leur mère le long d'une rivière est bonne mais ne suffit pas à en faire un film. Ca aurait fait une très belle scène
si le reste du récit était mieux maîtrisé. Je comprends ce qu'il a voulu faire en termes de structure mais je trouve qu'il y a un manque d'équilibre. La longue scène d'ouverture et la deuxième
partie du film devraient être complémentaires mais je trouve que c'est un peu bancal. J'ai aussi un peu eu l'impression que le réal a voulu faire quelque chose dans un certain style (j'ai pas mal
pensé à Lodge Kerrigan par exemple) et que du coup ça sonne un peu faux, cliché. Je ne conteste pas que le bougre ait du talent, mais il reste encore du travail pour qu'il devienne un cinéaste
accompli. Prometteur oui, en tout cas, mais il aurait pu faire mieux.