En bref : Tucker & Dale fightent le mal d'Eli Craig

Publié le par Marc

Tucker & Dale fightent le mal
Tucker & Dale vs. Evil
Réalisé par Eli Craig
(2010)

Que se cache-t-il donc derrière ce titre si joyeusement débile ? Un film qui, s’il nous sera complètement sorti de l’esprit d’ici quatre ou cinq mois, a le mérite de nous offrir en ces temps difficiles tant économiquement que climatiquement le simple plaisir de voir de jeunes Ricains aller à la rencontre d’une mort toujours plus gore. Avouez que ça fait toujours plaisir (contrairement à ce connard de guichetier que j’aurais aimé voir finir trucidé comme l’un de ces crétins de college-kids). En bref, Tucker & Dale fightent le mal retourne le scénario basique du survival à base de rednecks, hillbillys et autres culs-terreux en tous genres pour nous faire découvrir deux sympathiques péquenauds tout simplement partis faire un brin de pêche qu’un groupe d’étudiants nourris à la sauce Scream va prendre pour de dangereux psychopathes. Si l’humour est facile et quelque peu prévisible, on se marre quand même pendant une heure et demi jusqu’au final qu’on avait plus ou moins vu venir mais qui réserve quand même quelques bonnes surprises bien crétines. Alignant les références aux modèles du genre que sont Massacre à la tronçonneuse et Délivrance, ainsi qu’aux slashers les plus campy des années 1980 (Vendredi 13, Sleepaway Camp et Carnage en tête, mais prenez n’importe quel film du genre situé auprès d’un lac et ça fera l'affaire), Eli Craig réussit son pari en livrant un sympathique hommage au cinéma d’horreur à la fois jouissif et complètement régressif. Et ça, par ici, on aime bien. Bon, je calme quand même un peu vos ardeurs parce que ce n’est pas non plus digne des excellents Maison des 1000 morts (Rob Zombie), Bubba Ho-Tep (Don Coscarelli) et Piranhas 3D (Alexandre Aja). Il manquait à nos amis Tucker et Dale encore un poil d’irrévérence et de bon vieux mauvais goût mais pour l’instant on s’en contentera.

Publié dans Nouvelles du front

Commenter cet article