En bref : Take Shelter de Jeff Nichols

Publié le par Marc

take shelterTake Shelter
Take Shelter
Réalisé par Jeff Nichols
(2011)

Avec Take Shelter, Jeff Nichols réussit à trouver le parfait équilibre entre drame familial et horreur psychologique, tissant ensemble les deux genres sur un fond apocalyptique décidément dans l’air du temps. Lorsqu’en rêve ou par épisodes hallucinogènes Curtis (Michael Shannon, comme toujours excellent) pressent l’arrivée d’une tempête comme nulle autre, il n’est sait plus à quoi attribuer ces présages. D’une part, il y a la possibilité d’une schizophrénie paranoïaque héritée d’une mère dont cette même maladie l’a privé à l’âge de dix ans, d’un autre côté ces rêves lui semblent si réels qu’il éprouve du mal à les ignorer tout à fait. L’angoisse du père de famille et de l’ouvrier précaire qui semble s’être tiré de la galère le pousse à vouloir protéger les siens au prix même de ce qui lui semble rationnel. Nichols nous invite alors à plonger dans la folie de son personnage, à assister au premier rang à une aliénation progressive qui voit Curtis écarter toute source de danger possible puis s’enfermer irrémédiablement en lui-même. L’exploration psychologique est vertigineuse, l’atmosphère absolument étouffante. L’on se souviendra longtemps de ces séquences de rêve angoissants jusqu’à l’insoutenable, du poids menaçant du plan le plus anodin. Lorsque la colère de Curtis éclate au yeux de sa petite ville de l’Ohio, sa dimension prophétique s’accomplit et, pour peu, le récit pourrait basculer dans le plus pur Southern Gothic mais, se terrant dans la sécurité de la famille nucléaire pour laisser se dénouer la conclusion, Nichols s’attaque à ce en quoi Curtis, l’américain moyen, a le plus confiance. Si la toute fin du film pêche par insistance (quelques lourdeurs dans le discours de Sam) et indécision (c’est bon Jeff, t’as cent fois plus de talent que Shyamalan alors c’était franchement pas la peine d’aller lui piquer ses techniques narratives toutes moisies), Take Shelter reste une œuvre puissante où acteurs et metteur en scène excellent. Si vous cherchez un film fort pour commencer 2012 en beauté vous l’avez sous votre nez.

Publié dans Nouvelles du front

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article