En bref : La Taupe de Tomas Alfredson

Publié le par Marc

La Taupe
Tinker Tailor Soldier Spy
Réalisé par Tomas Alfredson
(2011)

Adapté d'un roman de John Le Carré dans lequel le maître espion George Smiley se voit obligé de sortir d'une retraite forcée pour débusquer une taupe soviétique installée à la tête des services secrets britanniques, le nouveau film de Tomas Alfredson (déjà auteur de l’excellent Morse) est un film d'espionnage old school où les scènes d'action s’absentent au profit d'autres qui voient de vieux anglais discuter et siffler des bouteilles de scotch ou de gin dans des pièces enfumées à la déco si typiquement British. La Taupe est un film qui fonctionne davantage grâce à l’ambiance qu’y instaure son metteur en scène que son intrigue qui ne sert finalement que de socle à l’exploration du drame moral que traversent ses nombreux personnages. Pour comprendre cette intrigue, il faudra d’ailleurs s’accrocher, les personnages, événements et retournements de situation s’y multipliant de manière complexe sans jamais que le scénario ne s’abaisse à clarifier les énigmes dans lesquels il embourbe le spectateur. Mieux encore, il semble s’amuser à égarer ce dernier. Mais l’intérêt du film ne réside pas tant là que dans sa rythmique lente et réfléchie, presque attentiste, et son étouffante atmosphère de guerre froide, éléments qui soulignent tous la manière froide dont fonctionnent ces protagonistes calculateurs dont le métier s’avère au final plus intellectuel que physique. Dans ce jeu d’échecs que le film met en scène chaque personnage tombera à son tour sous le poids du soupçon des autres, laissant planer le doute sur l’ensemble du récit et la paranoïa s’immiscer du premier jusqu’au dernier plan. Prenant le contrepied total du thriller en vogue, le film ne plaira sans doute pas à ceux qui recherchent suspense et émotions fortes mais l’élégance et l’intelligence d’une mise en scène impeccable et implacable, qui sait aussi bien servir l’histoire et les thèmes traités que rendre hommage à ses modèles, trouvera preneur auprès de ceux qui regrettent un cinéma qui savait prendre son temps et exiger patience et implication de la part du spectateur. Seule ombre au tableau de ce brillant et atypique film de genre, la copie numérique est franchement dégueulasse tant les couleurs sombres sont saturées de bruit. Alfredson ayant opté pour une esthétique terne pour souligner l’aspect passéiste du récit le film en regorge et si vous avez le choix je vous encourage donc à voir le film projeté en 35mm pour profiter au mieux du spectacle.

Publié dans Nouvelles du front

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

coltrane 28/03/2012 18:43


Autant j'avais été bluffé par son précédent et premier film (?) Morse qui renouvelait de manière assez époustouflante le film de vampires, autant j'ai été déçu par La taupe dont
j'attendais beaucoup, étant plutôt fan de Le carré même si j'ai lu peu de choses...Peut-être que je ne suis tout simplement pas "rentré" dans le film...


A propos de l'action et de la violence, le réalisateur contrairement à ses prédécesseurs qui se contentaient de montrer une paire de jambes dépassant d'une poubelle, a quand même recours à des
images fortes comme celle du cadavre dont les boyaux flottent dans l'eau de son dernier bain...une petite concession au cinéma d'aujourd'hui...qui renvoie aussi à l'usage réaliste de la violence
chez des réalisateurs comme Cronenberg et d'autres...  

Marc 29/03/2012 00:06



Mais même si le film recèle d'images violentes, le tout reste d'un calme angoissant. C'est vraiment cette ambiance qui m'a marqué. Je trouve qu'au niveau de la mise en scène pure il y a une
maîtrise qui le place au-dessus de Morse, mais il faudrait que je le revoie pour arrêter mon opinion.



Marc Shift 01/03/2012 21:59


C'est pour un truc qui doit te faire horreur : le box office!!!


Tu as donc le droit de m'insulter ;-), en même temps je ne demande pas si tu es d'accord ;-)

Marc 03/03/2012 15:32



Héhé. Tant que c'est pas les Oscars ça me va.



Marc shift 29/02/2012 08:15


Je te met en lien chez nous , mon anti-commercial préféré ;-)


 

Marc 29/02/2012 11:38



Je dois être ravi ou je dois fuir?! Plus sérieusement merci.