Dressez haut la poutre maîtresse, charpentiers suivi de Seymour, une introduction

Publié le par the idiot

Raise High the Roof Beam, Carpenters and Seymour: an Introduction
(1963)
J.D. Salinger




                   Dans ce recueil, composé de deux nouvelles relativement longues, le romancier américain Jerome David Salinger revient sur l'un de ses sujets d'écriture de prédilection ; la famille Glass. Celle-ci figure effectivement dans de nombreuses nouvelles de l'auteur de L'Attrape-coeurs, chaque nouveau récit apportant une nouvelle pierre à l'édifice, renouvelant l'aspect du tout.
                   Ces deux nouvelles sont narrées par Buddy Glass, le deuxième des sept frères et soeurs surdoués de cette famille nombreuse, et concernent principalement son frère aîné Seymour, figure absente des deux récits mais dont l'influence sur le reste de la famille est toujours fortement sensible. Dans Dressez haut la poutre maîtresse, charpentiers, Buddy part assister au mariage de son grand frère à New York, mais Seymour ne se présente pas à la cérémonie. Seul au milieu des invités hostiles et mécontents de la mariée, il cherche tant bien que mal à comprendre les raisons du désistement de son frère. Seymour, une introduction est, comme son titre l'indique, une tentative de portrait de Seymour dressé par un Buddy Glass quadragénaire et fouille plus profondément les relations entre les deux hommes.
                   Ecrits avec un humour ravageur, à la fois désuet et caustique, ces deux nouvelles me font hurler de rire à caque fois que je les relis. Avec ses nouvelles concernant la famille Glass, Salinger a tissé une toile et créé une vaste chambre de résonance où chaque récit semble répondre aux autres, amenant une profondeur nouvelle aux différents personnages et donnant une envie irrésistible de le relire encore et encore.

Publié dans Littérature

Commenter cet article

Cachou 25/07/2010 15:44



Ici ou par mail? (parce que je vais spoiler)



the idiot 25/07/2010 15:45



Plutôt par mail, histoire de pas spoiler.



Cachou 25/07/2010 01:08



Je n'ai pas encore eu le temps de le faire, je t'envoie ça demain matin ^_^ (merci)


Ouai, c'est quand il lui dit que ce qu'il a dit a eu plus d'effets sur les gens que tout ce qu'Hitler a pu faire. Sacré coup.


Il me manque 20 pages avant la fin. J'aime beaucoup, mais moins sur la fin je dois dire.



the idiot 25/07/2010 15:43



Tu me diras ce que tu penses de la toute fin.



Cachou 24/07/2010 17:54



Nan, c'était pas dans le sens de "pareils" que je disais ça, mais dans le sens de "conseils". Comme tu l'auras certainement remarqué, je suis très preneuse de conseils, donc quand quelqu'un
m'aiguille vers des trucs qui me plaisent, je commence à faire confiance en son jugement.

D'ailleurs, je suis en plein milieu de "Mother Night" (c'est en anglais, j'avance donc plus lentement) et j'adore! Il vient de tuer un chien ici, après une remarque de son beau-père qui fait mal,
très mal, et que j'ai envie de mettre dans mon futur billet mais qu'il faudrait traduire pour ça. Comme elle est longue - 10-15 lignes, tu voudrais bien vérifier ma traduction quand je l'aurai
faite (ce soir je pense, le billet devrait être pour lundi ou mardi)?



the idiot 25/07/2010 00:40



Ok, si tu me l'envoies j'aurais du temps demain normalement pour faire ça. Je me rappelle de cette scène, avec la petite soeur de sa femme qui tient aussi des propos désarmants. Content que ça te
plaise.



Cachou 23/07/2010 13:22



Ca c'est bas comme coup, hein. On me l'a déjà fait, celui du rapprochement d'un auteur que je n'avais pas forcément envie de lire avec un autre que je venais de découvrir et dont j'étais tombée
raide dingue.


Ca c'est très bas.


 


Honte sur toi!



the idiot 24/07/2010 17:48



Mais non, je ne fais aucun rapprochement. Ce sont deux écrivains complètement différents, mais je trouve qu'il s'agit aussi de deux des plus grands écrivains américains à avoir publié entre la
fin de la Seconde Guerre mondiale et les années 2000, bien que ce soit dans des styles très différents. Je ne fais que te dire ce que j'aime bien, hein...



Cachou 23/07/2010 13:07



(puis je dois dire que le fait que ce soit l'écrivain préféré de Beigbeder m'a un peu fait partir l'envie de le lire ^_^)(je suis snob ;-p)



the idiot 23/07/2010 13:20



Ouais, mais avec ces critères là tu vas t'interdire de lire beaucoup de grands écrivains. Salinger et Vonnegut sont, pour moi, les deux plus grands écrivains américains de la deuxième moitié du
XXe. Voilà tout le bien que je pense du bonhomme.