Combat sans code d'honneur

Publié le par the idiot

Jingi naki tatakai
(1973)
Kinji Fukasaku
Bunta Sugawara, Hiroki Matsukata




                  Encore une pépite signée de l'immense réalisateur japonais, Kinji Fukasaku. D'une violence étonnante, Combat sans code d'honneur retrace la vie d'un gang de yakuzas qui émerge à Hiroshima dans l'immédiat après guerre. Certains membres du gang sont attachés à un système de valeurs vieillissant alors que d'autres visent tout simplement à s'enrichir et s'emparer d'un peu plus de pouvoir par n'importe quel moyen.
                  Aussi violent qu'une tragédie shakespearienne, la quasi totalité des personnages trouvera la mort, Combat sans code d'honneur, comme tous les films de Fukasaku, accorde une grande importance à la peinture qu'il fait de la société japonaise, mettant en évidence les divisions qui se créent entre les différentes classes et une montée de l'individualisme froid. Mais le film ne perd jamais de vue son intrigue et tient le spectateur en haleine du début jusqu'à la fin.
                  Visuellement, le film répond à certaines caractéristiques du style visuel mis en place par Fukasaku tels le dynamisme de la caméra et une composition des plans visant toujours à accentuer les tensions dramatiques des situations. Par ailleurs, il intègre aussi de nouveaux éléments, la violence prenant une dimension graphique et explosant à l'écran en jets d'hémoglobine. Pour vous donner un peu plus envie, la dernière réplique du film est une des mieux distillées jamais vue à l'écran.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article

cacasuperpuant 30/09/2009 19:23


Il me reste des balles M. Yamamori.


the idiot 01/10/2009 20:52


Héhé. Ca envoie du paté n'est-ce pas?