La Ferme des animaux

Publié le par the idiot

Animal Farm
(1945)
George Orwell




                    En Angleterre, la ferme du Manoir vit au rythme tranquille du bon vieux temps et M Jones et son épouse prospèrent grâce au dur labeur de leurs animaux et de leurs employés. Mais un beau jour, le plus vieux cochon de la ferme raconte à ses compagnons un rêve qu'il a fait la nuit précédente, le rêve d'un monde où les animaux ne seraient pas les esclaves des humains et où ils travailleraient pour leur propre bien.
                    Petit à petit, l'idée fait son chemin dans le cerveau plus ou moins lent des différents animaux de la ferme jusqu'au jour où se produit la Révolution. Rebaptisé la ferme des Animaux, le lieu unique semble d'abord répondre aux attentes de ses habitants mais progressivement les cochons, menés par un dénommé Napoléon (César dans certaines traductions françaises), prennent le pouvoir et les conditions de vie prennent inexorablement un tournant pour le pire.
                    Détournement du fable pour enfants, avec La Ferme des animaux George Orwell écrivait son premier livre à remporter un grand succès, pourtant le roman a failli finir aux oubliettes. Terminé dès 1943, si le livre n'est sorti qu'en 1945 c'est à cause du refus des éditeurs (dont T.S. Eliot qui travaillait à l'époque chez Faber & Faber) qui prétextaient que la charge contre Staline, allié de l'Angleterre dans la deuxième guerre mondiale, était défavorable au climat politique actuel.
                    Il ne faut pas chercher dans le livre du style, voir même de la qualité littéraire en ce qui concerne la prose. Celle ci est simple et va droit au but. L'intérêt de La Ferme des animaux est l'allégorie mise au point par Orwell, une allégorie qui se base clairement sur la révolution bolchevik et la fondation de l'U.R.S.S. avec ce qu'il faut de propagande et de purges, mais qui dépasse les simples limites de la représentation simple de cet unique régime.
                    Si Orwell revendiquait lui-même le fait que le livre montre les problèmes de toute révolution, j'irais plus loin en disant qu'il pointe même du doigt des dérives susceptibles de se dérouler dans n'importe quelle société. L'idée géniale de représenter l'humanité par les animaux de la ferme lui permet de plus de mettre en lumière toute notre naïveté et notre opportunisme sans offusquer son lecteur.

Publié dans Littérature

Commenter cet article

coltrane 24/09/2009 13:16


Voir la pièce c'est encore mieux ! Et 1984 ?


the idiot 25/09/2009 19:28


J'ai lu 1984 il y a très longtemps mais j'en garde un bon souvenir. Tellement prophétique.


Mandarine 14/09/2009 14:27

j'ai a-doré ce livre
(comme tous les autres de Georges Orwell, en fait. celui-ci, malgré une fin un petit peu prévisible, est très drôle et jubilatoire.)

the idiot 14/09/2009 22:47


Tout y est assez prévisible, c'est le défaut du parti pris de détournement de récit pour enfants. Mais l'allégorie est plutôt efficace.