La Trilogie de la frontière de Cormac McCarthy

Publié le par the idiot

De si jolis chevaux (1992), Le Grand passage (1994),
Des villes dans la plaine (1998)

Cormac McCarthy



              Cette trilogie du romancier américain Cormac McCarthy, auteur des excellents Suttree, et Méridien de sang ainsi que d'oeuvres plus connues comme La Route et Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme porté à l'écran récemment par les frères Coen, nous promène de la fin des années trente au début des années cinquante, le long de la frontière entre le Mexique et le Nouveau Mexique, un état américain situé à l'ouest du Texas.
              Dans De si jolis chevaux, le jeune John Grady Cole quitte son pays natal en la compagnie de son ami, Lacey Rawlins. Son grand père vient de mourir et sa mère a décidé de vendre le ranch familial pour s'installer à la ville, le refus de ce changement de style vie motive sa décision de partir et de chercher du travail au Méxique en tant que vaquero. Sur le chemin ils rencontrent un troisième compagnon, Jimmy Blevins, un menteur fieffé qui les entraînera dans de nombreuses galères. Repéré pour son aisance avec les chevaux, John Grady se fait rapidement repéré par le propriétaire de la hacienda dans laquelle il travaille. Celui-ci a une jeune fille d'une grande beauté avec laquelle il tombera amoureux.
              Le Grand passage se situe quelques années plus tôt que la première partie de la trilogie et conte les trois voyages entrepris par un jeune cowboy, Billy Parham, au Nouveau Mexique. Le roman commence par la traque d'un loup qui tue le bétail de sa famille. Ayant réussi à capturer l'animal, Billy décide de le ramener dans les montagnes mexicaines d'où il était venu. Pendant ce premier voyage l'homme et le loup deviennent liés et Billy risquera plusieurs fois sa vie pour sauver l'animal en danger. Dans le deuxième voyage il part avec son frère cadet, Boyd, à la recherche de chevaux volés sur leur ranch. Dans l'ultime voyage il part en quête de son frère, resté au Mexique après leur précédent périple.
              Des villes dans la plaine réunit John Grady Cole et Billy Parham au début des années 50, le premier à 19 ans et le second 28. Ils travaillent pour un petit ranch sans avenir et qui ne leur apportera pas la fortune mais tous deux apprécient la vie qu'ils mènent, proche de la nature et des chevaux, entourés de gens simples dans le meilleur sens du terme. Au cours de la visite d'un bordel mexicain, John Grady tombe amoureux d'une jeune prostituée. Billy, comprenant l'impossibilité de cet amour et sentant un danger imminent, cherche à dissuader son ami de continuer à la courtiser. Néanmoins il finit par comprendre l'attraction indéniable entre les deux jeunes gens et les aide de son mieux.
              La trilogie, dans son intégralité, nous décrit des hommes qui poursuivent un temps révolu, explorant la perte, celle d'êtres aimés et celle d'une manière de vivre. Leur présent les rattrape de manière inexorable mais tous les personnages qui peuplent le roman refusent cette vérité qui signifierait leur propre disparition. McCarthy délaisse peu à peu son romantisme initial pour se diriger vers un style plus dépouillé et cru, presque brutal. Bouleversant à plusieurs titres, le roman ne manque pourtant pas d'humour, un humour certes triste mais qui amène encore plus de profondeur aux émotions de cette épopée. Cormac McCarthy n'a pas son pareil pour dresser le portrait d'un personnage en une phrase de dialogue, un dialogue toujours riche et vivant malgré un cadre qui frise souvent la désolation.

Publié dans Littérature

Commenter cet article