La Ligne rouge

Publié le par the idiot

The Thin Red Line
(1998)
Terrence Malick
James Caviezel, Sean Penn, Nick Nolte





             Bien plus qu'un simple film de guerre, avec La Ligne rouge, Terrence Malick offre une réflexion sur la guerre comme métaphore de la vie. Comme le dit l'affiche,"chacun mène sa propre guerre". Cette phrase ne fait pas uniquement référence aux combats dans lesquels ces soldats se retrouvent mais à la manière dont le film confronte différentes perspectives. Malick nous invite à un voyage à travers les multiples consciences qui composent un bataillon envoyé combattre sur une île dans les pacifiques que l'armée nippone a transformée en base militaire. Chacun des soldats est différent des autres mais ils forment pourtant un ensemble dont dépend leur propre survie.
             Malick utilise de nombreux passages narrés par des soldats, donnant au spectateur la chance de fouiller dans leurs âmes et d'apercevoir leurs craintes et leurs croyances. Alors que certains soldats cherchent encore un sens à la guerre qu'ils mènent, d'autres semblent blasés, dépourvus de toute illusion, exécutant les ordres qu'on leur assène sans chercher à comprendre les conséquences de leurs actions. Le film prend ainsi une dimension véritablement introspective, faisant de la guerre l'image des conflits intérieurs de chaque personnage projetée dans le monde réel avec une violence révélatrice.
             Le tout est filmé de façon somptueuse, Malick préférant un rythme lent qui permet de laisser le temps à la réflexion plutôt que d'accélérer le récit pour se concentrer sur l'action. Ce rythme devient rapidement envoûtant et donne au spectateur l'impression d'être pris dans une rêve, flottant dans un chaos absolu. Le caractère très elliptique du récit renforce cette impression mais jamais au détriment de la narration. Les acteurs livrent tous de très bonnes performances sans qu'aucun ne vole la vedette aux autres, poursuivant cette idée de Witt qui imagine tous les hommes faisant partie d'une seule et même conscience.

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

coltrane 27/05/2009 18:20

Le film est bien tiré du livre de James Jones qui a aussi écrit Tant qu'il y aura des hommes.
Mais les 2 livres, celui de Mailer que je n'ai pas lu et qui semble difficile à trouver et celui de Jones semblent très proches...

the idiot 28/05/2009 10:48


Oui, je crois que les  deux hommes ont été au front. Le Mailer serait difficile à trouver en France? C'est étonnant parceque c'est un classique de la littérature du 20ème. J'essaierai de lire
le roman de Jones.


coltrane 24/05/2009 16:23

le livre de James Jones dont le film est tiré est lui aussi assez époustouflant...

the idiot 26/05/2009 10:59


Je l'ai pas lu mais j'ai vraiment eu l'impression que Malick s'est inspiré du roman de Mailer, Les Nus et les morts.