Slumdog Millionaire

Publié le par the idiot

Slumdog Millionaire
Danny Boyle
Dev Patel, Anil Kapoor

***





            Quand j'ai d'abord entendu le pitch de ce gros nanar hollywoodien plutôt bien foutu, il faut bien le dire, je me suis dit "Pourquoi pas?". Après avoir vu le film bien malgré moi (je voulais voir le dernier Van Sant mais la séance était complète), je crois toujours être dans l'impossibilité de répondre à cette question. Dans les grandes lignes; Jamal, un gamin né dans les bidonvilles d'Inde et véritable autodidacte de la vie se retrouve en passe de remporter le gros lot sur le cultissime jeu télévisé Qui veut gagner des millions? Le seul hic c'est que personne ne veut croire en son honnêteté et qu'il va passer une bonne partie de l'incipit à se faire taper dessus par un Indien obèse qui tire une gueule de trois mètres de long.
            La narration du film s'organise autour de trois axes; l'interrogatoire de Jamal, la progression du jeu et une série de flash-back nous dévoilant la pénible vie de ce miséreux et la manière dont il a accumulé ce monticule de savoir (sensé être impressionnant, ça en dit long sur les lacunes culturelles de notre société). Ce parti pris narratif est incontestablement le point fort du film mais le scénario, ayant été torché par un quelconque tâcheron flairant bon la grosse machine larmoyante qui se formait sous ses doigts habiles, passe pleinement à côté de l'intérêt principal du film, la question même de l'apprentissage, pour se plonger la tête la première dans du sentimentalisme de bas étage. C'est sûr que quand on saute de la fenêtre du rez-de-chaussée, on ne risque pas de se faire trop mal, mais l'art est avant tout une question de risques et au moins quand on se casse la gueule c'est toujours marrant.
            Visuellement, Boyle maîtrise son sujet et nous offre de splendides images mises en scène avec le tallent qui nous a pondu des films autrement plus intéressants comme Trainspotting, Shallow Grave, ou plus récemment Sunshine mais on ressort de Slumdog Millionaire avec la désagréable impression d'avoir aperçu les prémices d'une idée intéressante se faire mettre bien profond par le savoir-faire bien huilé de la toute-puissante machinerie hollywoodienne.

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Youtokine Toumi 26/08/2009 07:55

Oh, mon dieu, quelqu'un d'autre qui n'aime pas Slumdog Millionaire! Merci... snif... je croyais être seul dans ce cas..

the idiot 26/08/2009 11:55


Et non, t'es pas tout seul! Le pire c'est les histoire survenues récemment concernant les gamins qui jouaient dans le film. Ca m'a donné envie de vomir, surtout quand Danny Boyle s'est présenté en
chevalier servant pour sauver tout le monde.