2011 : le top 10 des sorties cinéma

Publié le par Marc

Mieux vaut tard que jamais. Et puis, je ne suis pas si en retard que ça au final. Trois semaines pour être précis. Heureusement qu’on ne me paie pas pour entretenir ce blog, et quand bien même on me paierait j’aurais des excuses ; il me restait encore quelques films à voir pour être aussi complet que possible (que vouez-vous, c’est ça le professionnalisme). Bon, ce n'est qu'une excuse, mais au moins elle est bonne, vous en conviendrez. Bien qu’il me soit arrivé de rater certaines sorties cette année (notamment L’Apollonide (Souvenirs de la maison close) de Bertrand Bonello et Another Earth de Mike Cahill dont tout le monde dit le plus grand bien) sur lesquels je me rattraperai tôt ou tard, la liste qui suit est aussi complète que possible et reflète à mon sens la grande richesse cinématographique de 2011. Il nous aura certes manqué quelques films de genre bien décérébrés comme on les aime (Hobo with a Shotgun de Jason Eisener, sorti directement en DVD, faisant rare figure d’exception), l’ensemble reste de haut niveau. Avant de vous dévoiler la liste tant attendue (du moins vous qui irez au bout de ce paragraphe) et d’enterrer une fois pour toutes 2011, il me reste à évoquer rapidement Balada Triste de Alex de la Iglesia et La Piel que habito de Pedro Almodovar qui n’y figurent pas. Voilà, c’est fait. Pour finir, si l’absence de Black Swan, Shame, The Artist ou A Dangerous Method vous surprennent, je me contenterai de vous signaler que je les ai soit vus et peu appréciés, soit que je n’ai pas besoin de les voir pour ne pas les aimer (et là mon côté désagréable refait surface au nez et à la barbe de tous). Merci et bonne dégustation.

1. Le Cheval de Turin
A Turinoi Lo
Réalisé par Bela Tarr
(2011)

Ultime pièce dans l'œuvre cinématographique de Tarr, ce film est d'une âpreté sans concessions. Un très grand moment de cinéma dont la conclusion bouleversante nous plonge à jamais dans les ténèbres.







2. The Tree of Life
The Tree of Life
Réalisé par Terrence Malick
(2011)

Sans être son plus réussi, c'est le film le plus ambitieux et démesuré de Malick à ce jour. Entre pur émerveillement et réflexion profonde le cinéaste américain parvient à composer son œuvre la plus symphonique à ce jour.







3. Drive
Drive
Réalisé par Nicolas Winding Refn
(2011)

Refn taille sa route et confirme qu'il est le réalisateur à suivre. Sa filmographie paraît de plus en plus cohérente au fil des ans et il s'impose en digne successeur de Peckinpah comme grand cinéaste de la violence.







4. La dernière piste
Meek's Cutoff
Réalisé par Kelly Reichardt
(2010)

Après le très beau Wendy and Lucy, Reichardt signe un film très aride. Un western quasi mystique qui voit le rêve américain méthodiquement piétiné d'un bout à l'autre du désert.







5. Hors Satan
Hors Satan
Réalisé par Bruno Dumont
(2011)

Âpreté et aridité ayant déjà été employés au sujet de films précédents, il me reste peu de mots pour décrire le film de Dumont, mais vous l'aurez compris, il ne faut pas y chercher de l'action. Hors Satan est pourtant un film étrangement envoûtant dans lequel on a envie de se plonger.




6. Bruegel, le moulin et la croix
The Mill and the Cross
Réalisé par Lech Majewski
(2011)

Majewski fait ici un emploi novateur de l'image numérique, créant une image dense et composite aux possibilités multiples de lecture. Il démontre aussi un sens rare pour l'espace et trouve un équilibre salvateur entre humour et érudition.






7. Melancholia
Melancholia
Réalisé par Lars von Trier
(2011)

Lars von Trier met en scène la dépression au travers de l'image de la fin imminente du monde. Ce n'est que chez lui que ce genre d'histoire peut sonner comme un happy end.






8. La Grotte des rêves perdus
Cave of Forgotten Dreams
Réalisé par Werner Herzog
(2010)

En filmant les peintures qui adornent les parois de la grotte de Chauvet, Herzog nous offre une réflexion émouvante sur les civilisation et les cultures perdues. Il nous reste des signes, sans la faculté de les comprendre.





9. Blackthorn
Blackthorn
Réalisé par Mateo Gil
(2011)

Un grand western moderne dans la lignée de The Proposition de John Hillcoat. Les scènes tournées dans les salt-flats sont particulièrement mémorables.







10. Road to Nowhere
Road to Nowhere
Réalisé par Monte Hellman
(2010)

Vingt ans qu'il n'avait pas sorti de film au cinéma, je ne pouvais que souligner le retour du réalisateur de Macadam à deux voies et de Cockfighter.

Publié dans Nouvelles du front

Commenter cet article